Actualités

Le cyber risque s’assure une place sur le web

Assurance des cyber risques 21/04/2017 - Vol géants de données personnelles, atteintes aux systèmes d’information ou sommes d’argent dérobées, des millions de personnes ont subit des attaques informatiques. L’une des attaques préférées des hackers est le ransomware.

 

Ces logiciels malveillants bloquent partiellement l’ordinateur ou le smartphone de leur victime avant de leur réclamer une rançon. Tout commence par un mail qui invite à télécharger une pièce jointe ou à cliquer sur un lien, le programme s’installe sur l’appareil, crypte les fichiers et exige une somme en échange de la clé de chiffrement. L’un des plus connus a été baptisé Locky et a principalement touché les abonnés free et l’Agence France Presse.

Autre pratique, le vol de données avec revente à prix d’or sur le dark web. C’est le cas d’une attaque commise sur LinkedIn en 2012 mais dont l’ampleur a réellement été comprise en mai dernier par le réseau professionnel. Au total 360 millions d’adresses emails ont été revendues par le cyber pirate qui a également attaqué Tumblr et MySpace. Et pourtant ce n’est rien en comparaison des 412 millions de comptes dérobés en novembre à Friend Finder Network, un portail qui supervise plusieurs sites pour adultes. 20 années de données personnelles, même d’utilisateurs désinscrits, ont été compromises.

Plus impressionnantes encore, les cyber attaques par objets numériques. Le 21 octobre, des millions d’américains se sont transformés malgré eux en hackers. Leurs réfrigérateurs, thermostats, machines à café, caméras de surveillance ont été infectés par un virus. L’objectif, attaquer les serveurs de la côte Est des Etats-Unis pour paralyser plusieurs sites internet grand public. Résultats, le réseau de Dyn a été saturé et des sites comme Netflix, Spotify, Airbnb, Twitter ou Paypal sont restés inaccessibles plusieurs heures.

Face à un cyber risque toujours plus élevé, les assureurs se sont positionnés à raison. Mais les entreprises françaises sont-elles conscientes des risques qu’elles courent face aux cyber-attaques ? Visiblement non. Seuls 38 % des décideurs interrogés considèrent comme « important » le risque que leur société subisse une cyber-attaque ces prochaines années. Un chiffre qui descend même à 17 % chez les TPE.

Pourtant, 80% des attaques concernent les PME qui sont souvent mal informées sur l’ampleur de la cyber fraude en France. Un nombre qui a progressé de 50% en 2015. Une note positive, 67 % des entreprises interrogées indiquent qu’elles comptent adopter en 2017 de nouvelles mesures pour lutter contre le piratage informatique. Elles sont même 90 % à se dire disposées à investir chaque année pour se protéger contre la cyber-fraude.