Actualités

« Observatoire benefits » : première étude de SIACI SAINT HONORE sur les avantages sociaux

12/12/2016 - SIACI SAINT HONORE a réalisé son premier Observatoire Benefits mené auprès de 54 entreprises, dont 70 % font partie du SBF120, ce qui représentent 3,5 millions de salariés. Il offre un panorama des pratiques des grandes entreprises en matière d’avantages sociaux en France et à l’international. 4 grands thèmes ont été étudiés : Santé & Prévoyance, Epargne Retraite Entreprise, Solutions Internationales et Prévoyance santé à l’international.

Parmi les principaux résultats en matière de Prévoyance Santé dans le monde du travail, on constate que 72% des grandes entreprises ont des régimes identiques pour l’ensemble de leur personnel en matière de couverture de frais de santé. Cette proportion est de 57 % en matière de prévoyance. Le niveau moyen de participation patronale est de 56% de la cotisation des frais de santé et de 70 % de la cotisation prévoyance. Par ailleurs, une mise en conformité avec les limitations du « contrat responsable» a été effectuée par les 2/3 des entreprises sans attendre la fin de la période transitoire fixée au 31 décembre 2017. Enfin, 61% des entreprises ont mis en place des actions de prévention contre l’absentéisme.

 

L’épargne retraite est également un dispositif largement utilisé dans le monde du travail avec 90 % des entreprises qui disposent d’au moins un produit d’épargne retraite. Le PERCO est particulièrement populaire en étant privilégié par 78 % des entreprises. Vient ensuite l’Article 83 proposé par 61 % des entreprises qui financent en moyenne un peu plus de trois-quarts de la cotisation totale des salariés. Par ailleurs, près de 70% des entreprises optent pour une formule de cotisations en fonction des tranches de salaire plutôt que pour une formule homogène. Concernant le PERCO, 85% des entreprises pratiquent une politique d’abondement. En moyenne, le plafond d’abondement maximum s’élève à 1 170€ par salarié. Près de 90% des entreprises adoptent une formule de financement par tranche.

En revanche, l’étude pointe le manque d’initiative des entreprises en matières d’avantages sociaux pour les salariés en mobilité. Ainsi, les plus jeunes collaborateurs se voient offrir des couvertures plus «light», tandis que les talents et le top management bénéficient d’un maintien de couvertures plus classiques. Néanmoins, même dans ce cadre, la contribution financière et/ou le reste à charge du salarié augmente. De plus, 42 % des entreprises demandent à leurs collaborateurs de contribuer financièrement à leur couverture sociale, de 20 à 35 %. Plus globalement, peu d’entreprises proposent à leurs collaborateurs des solutions pour faciliter leur intégration dans le pays d’accueil ou de retour. Enfin, concernant la retraite, près de 50 % des entreprises n’ont pas mis en place de Plan de Retraite à l’International. Les raisons essentielles sont liées à un effectif en mobilité réduit, aux coûts liés à la mise en place du dispositif, ou simplement à sa méconnaissance.