Actualités

1er Global After Work

Le 20 avril dernier, SIACI SAINT HONORE a organisé le 1er Global After Work. Les participants avaient la possibilité d’assister à 3 ateliers thématiques au choix, animés par les experts de SIACI SAINT HONORE. Zoom sur les points forts des échanges.

 

ATELIER 1 - Décodage technique des programmes Retraite et Santé des candidats à la présidentielle

Les propositions des candidats à la présidentielle
Parmi les propositions faites par les candidats, on peut opposer deux approches. La première consiste à faire évoluer au moins un des paramètres du régime, notamment celui de l’âge légal de départ à la retraite. On parle ici de réforme paramétrique. Mais les diagnostics des candidats, et donc les propositions, diffèrent : si Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen estiment qu’il est possible de financer un retour à l’âge légal à 60 ans et une réduction de la durée d’assurance à 40 ans, François Fillon considère quant à lui qu’il est au contraire indispensable de repousser l’âge de départ à 65 ans afin de pérenniser l’équilibre du système.

Deuxième approche, celle proposée par Emmanuel Macron à travers une réforme dite structurelle. En s’appuyant sur les rapports du COR, il estime que l’enjeu des retraites en France n’est plus d’ordre financier mais consiste d’une part à redonner confiance dans le système (notamment pour les plus jeunes) et d’autre part à lui apporter de la lisibilité (notamment pour les personnes qui souhaitent changer de parcours professionnel). C’est pourquoi Emmanuel Macron ne propose pas de faire évoluer le paramètre lié à l’âge de départ, mais bien de transformer le système des retraites en un système universel et équitable dans lequel 1 euro cotisé donnerait « les mêmes droits quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé ».

Étude des impacts des propositions sur la situation financière du système des retraites
En s’appuyant sur le modèle du COR, et en retenant trois scénarios économiques (pessimiste, médian et optimiste), l’équipe de l’atelier 1 simule une évolution de l’âge légal de départ à la retraite, sans modifier les paramètres liés au niveau des cotisations et des pensions. A horizon 2030, les résultats obtenus indiquent que dans le scénario d’un retour à un âge légal à 60 ans, on observerait un déficit entre 50 et 70 milliards d’euros. À contrario, en repoussant l’âge légal à 65 ans, on observerait un excédent entre 10 et 30 milliards d’euros. Et enfin, à scénario inchangé, le déficit des retraites serait contenu entre 0 % et 0,80 % du PIB [...].

 

ATELIER 2 - Global Pass : un passeport de protection sociale dans le parcours RSE d’une multinationale

Une multinationale ne peut se considérer aujourd’hui seule responsable de son développement, ou de ses décisions en matière de politique RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise). Elle doit clairement afficher ses engagements, et prendre en compte les intérêts de ses parties prenantes, au même titre que les siens propres.

Du point de vue des avantages sociaux, il faudra retenir 4 principes directeurs et y rattacher des axes d’intervention dans une politique RSE :

  • La gouvernance de l’organisation, illustrée par l’application globale des ambitions du groupe.
  • Les droits de l’Homme : respectés au travers de la mise en place d’un socle minimum en terme de protection contre les risques de la vie.
  • Les relations et conditions de travail : agencées par la prise en considération des problématiques locales, de la culture et les pratiques du marché.
  • Les attentes des communautés et expectatives de développement local : adressées par la participation des filiales des différents pays à la prévention et à la formation des populations locales.

[...]

ATELIER 3 - Mutations du travail : les enjeux de la Qualité de Vie au Travail (QVT)

Depuis les années 1970, les préoccupations dans l’entreprise ont évolué : sécurité du poste de travail, conditions de travail, pénibilité, qualité de vie au travail et enfin bien-être au travail récemment.

La qualité de vie va devenir pour beaucoup d’entreprises un relai de croissance. Est créé aujourd’hui le poste de Chief Hapinness Officer qui a la main entre autre sur l’augmentation de la productivité, la fidélisation des salariés, l’attractivité de l’entreprise auprès des jeunes diplômés. Les leviers entre ses mains peuvent être : la Confiance (dans le salarié et notamment les jeunes diplômés), la Responsabilité (associée à une hiérarchie plus souple et moins pesante), la Mobilité interne (parce que les nouvelles générations ont besoin de cette possibilité d’aborder des sujets différents sur des séquences rapides), les petites attentions (parce que là où il fait bon vivre et où l’on prend soin de vous, de votre équilibre vie-personnelle / vieprofessionnelle, on a envie de rester…).

L’amélioration de la qualité de vie au travail est une thématique gagnant-gagnant. Elle n’est pas seulement bénéfique pour l’individu et les collectifs au travail, elle l’est aussi pour l’organisation du travail, plus acceptée, plus partagée, plus performante car plus humaine[...]

Lire la synthèse en entier

contactez-nous

A votre disposition pour tout renseignement sur nos événements

La synthèse complète